Accompagnement

Comment bien choisir son cabinet d’outplacement ?

10 octobre 2017

Le choix du cabinet d’outplacement est une étape aussi délicate que décisive. La réussite d’un outplacement dépend en grande partie de l’environnement dans lequel le candidat va mener ses recherches, en particulier de sa relation avec le consultant qui va l’accompagner.

Si vous envisagez un outplacement, il est donc important de ne pas négliger cette phase. Prenez le temps de définir en amont vos besoins et vos attentes. Ne vous précipitez pas sur le premier prestataire venu.

Candidat en quête d’un cabinet, vous êtes ce que l’on appelle un « shopper ». Vous allez devoir choisir parmi les consultants que vous rencontrerez dans différents cabinets, celui avec lequel vous souhaitez vous engager. Soyez vigilants : certains chercheront à vous courtiser à grand renfort de fausses promesses ; d’autres au contraire seront à l’écoute de votre situation et vous présenteront honnêtement les modalités de la prestation qu’ils sont à même de vous proposer.

Votre décision finale doit être motivée par un choix rationnel (correspondance entre vos critères et la méthode et les moyens proposés) et instinctuel (ressenti par rapport à l’ambiance du lieu et la personnalité du consultant).

Voici quelques conseils pour vous aider à choisir votre prestataire.

Choisir son cabinet d’outplacement

Il est important que vous choisissiez vous-même votre prestataire. Demandez toujours à votre employeur de vous laisser la décision finale sur ce choix. Votre entreprise pourra vous proposer des noms de cabinets avec lesquels elle a l’habitude de travailler, cela constituera une pré-sélection. Mais vous pouvez aussi lui proposer d’autres prestataires, conseillés par votre réseau ou trouvés lors de votre recherche.

Sachez que contrairement au bilan de compétences, l’outplacement n’est pas une pratique réglementée. N’importe qui ou presque peut se présenter comme outplaceur. Il n’existe pas d’agrément vous permettant de faire le tri. En revanche, si le cabinet est agréé pour des prestations complémentaires (comme le bilan de compétences), c’est un gage de sérieux.

Nous vous conseillons de rencontrer au minimum 2 ou 3 prestataires pour pouvoir comparer. Lors de votre recherche, plusieurs critères de sélection doivent être pris en compte :

  • La localisation

L’adresse a son importance. Assurez-vous de pouvoir accéder facilement au cabinet. Prenez en compte le temps de transport, le stationnement, la possibilité de se restaurer à proximité, etc…

  • La qualité de l’accueil

On n’a jamais qu’une seule chance de faire une bonne première impression ! Le premier contact avec le cabinet donnera le ton de vos échanges à venir.

  • L’ambiance du lieu

Si vous multipliez les rencontres, vous vous rendrez vite compte que les cabinets ont tous des ambiances différentes : studieuse ou décontractée ;  organisation en open spaces, esprit « ruche » moderne ou modèle plus classique ; ambiance jeune, senior, internationale… À vous de sentir où vous êtes le plus à l’aise.

  • L’infrastructure et l’équipement du cabinet

Assurez-vous aussi que le cabinet est à même de vous accueillir dans de bonnes conditions matérielles et technologiques : bureau, équipements, accès téléphonique, connexions wifi, etc.

Posez des questions sur l’organisation : comment sont répartis les espaces de travail ? Disposerez-vous d’un bureau ou d’un espace de travail ? Y’a-t-il un centre de documentation ? Des espaces de détente et de partage ? Choisissez un cabinet avec une « vie de bureau » développée si vous souhaitez y faire des rencontres, partager les expériences et participer à des groupes de travail. Inversement, si vous privilégiez la relation de coaching avec votre consultant, vous pouvez vous sentir plus à l’aise dans une organisation plus cloisonnée.

  • Le prix de l’outplacement

Du fait de la non-réglementation de la prestation, les tarifs varient énormément d’un cabinet à l’autre et d’un outplacement à l’autre. Un devis à plus de 20% de votre salaire brut annuel et/ou au-delà de 30.000 € pour une durée d’un an doit vous alerter.

  • La durée de l’outplacement

La durée de l’outplacement doit être validée avec l’employeur en concertation avec le cabinet. La durée idéale dépend de votre situation. La durée réelle dépend plus souvent du budget alloué à votre outplacement. Vérifiez auprès du cabinet la durée sur laquelle il peut s’engager, surtout si vous envisagez un outplacement illimité.

  • Les formations et ateliers dispensés

Demandez à vous faire présenter les formations et ateliers proposés ainsi que leurs modalités de mise en œuvre. Jugez si elles répondent à vos besoins.

  • La documentation mise à disposition

Y’a-t-il une base de documentation ? En ligne ou en format papier ? Y’a-t-il une base de données d’offres d’emploi ?

  • Le positionnement du cabinet / son réseau

Certains cabinets se spécialisent dans une offre régionale, d’autres sont plus ouverts sur l’international. En fonction de vos cibles, privilégiez le cabinet à même de vous donner accès au meilleur réseau professionnel.

  • Les retours d’expérience

Enfin, vous pouvez demander à rencontrer ou à échanger avec d’anciens bénéficiaires. Si votre interlocuteur refuse, c’est mauvais signe ! Ecoutez les témoignages et échangez sur vos impressions.

Le cabinet d’outplacement sera la base de lancement de votre transition professionnelle. Il est important que vous vous y sentiez bien et qu’il vous apporte l’infrastructure et les outils dont vous avez besoin.

Mais le critère déterminant dans le choix du cabinet sera… le consultant.

Comment bien choisir son consultant d’outplacement ?

 Le contact avec le consultant est décisif dans la réussite de l’outplacement. Assurez-vous toujours que la personne que vous rencontrez lors de votre première visite est bien celle qui sera chargée de votre suivi. Certains cabinets peu scrupuleux vous font rencontrer un conseiller senior et vous dédient ensuite un consultant junior.

Lors de la première rencontre avec votre conseiller potentiel, n’hésitez pas à lui poser des questions. Interrogez-le sur son parcours, sa méthodologie, les outils qu’il préconise, sa spécialisation éventuelle dans un type de profils ou un domaine d’activités.

Renseignez-vous aussi sur sa disponibilité : suit-il beaucoup de personnes à la fois ? Combien de temps aura-t-il concrètement à vous consacrer ? A quelle fréquence prévoit-il les rendez-vous ?

Vous devez vous sentir en confiance. Le bon consultant doit être celui qui cherche à comprendre votre problématique plus qu’à vous vendre sa prestation. Si vous avez l’impression de ne pas être entendu ou que vous ne vous sentez pas libre de vous exprimer, ne poursuivez pas.

Le choix du conseiller est en définitive une histoire de rencontre et de confiance. La réussite de votre transition professionnelle dépend en grande partie de l’alchimie gagnante entre vous et votre conseiller. Si vous ne trouvez pas tout de suite la personne avec laquelle vous souhaitez vous engager, ne vous découragez pas. Il faut parfois plusieurs rencontres pour faire la bonne.

Enfin, rappelez-vous que même si vous êtes un « shopper », vous n’êtes pas dans une démarche de consommation. On ne choisit pas son consultant comme on achète une machine à laver ! Si le fait de comparer, établir une liste de critères et cocher des cases est intéressant, trop rationaliser peut être source de confusion. Plutôt que de multiplier les rencontres, privilégiez quelques échanges de qualité. Apprenez à vous écouter et à vous fier à votre ressenti.

rotate device

Retourner votre tablette
pour une meilleure navigation