Entreprise

Titres restaurant, on vous en fait tout un roman !

1 juillet 2022

C’est officiel, à partir du 1er juillet 2022 les conditions d’utilisation de vos titres et cartes déjeuners évoluent. Plafond abaissé et utilisation restreinte, voilà ce que vous devez retenir … et nous vous partageons notre avis sur l’évolution de cet avantage.

Fin des assouplissements

Le plafond d’utilisation des titres restaurant revient à 19 euros contre 38 euros actuellement. L’augmentation de ce dernier avait été décidée à l’issue du premier confinement en 2020, et cette mesure visait alors à relancer la consommation et à assouplir les usages étant donné le recours massif au télétravail. Eh bien c’est maintenant terminé. De plus, la mesure temporaire qui permettait de bénéficier des chèques déjeuner en dehors de la semaine de travail est également abrogée. Par ailleurs, tous les achats ne sont pas éligibles aux titres restaurant et les critères peuvent être relativement restrictifs dans certains commerces.

Dommage… En cette période de forte inflation et d’augmentation des prix, cette évolution n’est pas une bonne nouvelle pour la majorité des usagers. En effet, la souplesse consentie durant deux années permettait de s’offrir de temps en temps un restaurant pendant les temps libres, notamment les week-ends, voire d’alléger la note de certaines courses alimentaires.

D’ailleurs, nous sommes tous d’accord sur le fait qu’il est important de manger sain et équilibré n’est-ce pas ? Pourquoi donc « obliger » indirectement les salariés à aller au restaurant ou à acheter des plats cuisinés ? Cette mesure incite à la « mal bouffe », ce qui, en plus d’être mauvais pour le portefeuille est  mauvais pour notre santé. Ce ne serait pas un sujet de QVT ça ?

 

Que penser de la dématérialisation ?

Pour ou contre ? Comme pour toute solution, la dématérialisation des titres restaurants présente des avantages et des inconvénients. Voici ce que nous pouvons en dire.

Il y a peu de temps notre entreprise a décidé de passer aux bulletins de paie dématérialisés. Etant donné que nous distribuons des titres restaurants sous forme de tickets papiers, notre direction pose légitimement la question de changer également de format et questionne l’ensemble du personnel en vue d’opter pour l’utilisation de cartes déjeuner.

Après sondage et explications, l’équipe à la majorité a demandé à conserver la formule papier. Nombre d’entreprises semblent faire le même constat. Les raisons ? Elles sont simples.

Nos collaborateurs, par souci d’économies et de « manger sain », préfèrent apporter leurs plateaux repas « faits maison » plutôt que d’aller au restaurant tous les jours, et donc de manger plus cher ou d’acheter des choses moins équilibrées. Ils se servent alors des tickets dont l’utilisation est plus libre que la carte pour faire leurs courses, en une seule ou plusieurs fois, le week-end au marché, au supermarché, en boucherie, afin de préparer leurs repas à l’avance pour les apporter au bureau. Certains font don parfois de leurs tickets à des associations ou des SDF, dépannent un collègue, un enfant, un ami, etc. Sans compter qu’en ces temps difficiles si nous pouvons éviter des trajets en limitant nos déplacements à la pause du repas c’est encore mieux ! Moins de pollution, moins de dépenses énergétiques : ce sont bien des sujets d’actualité non ?

Avec la carte, même s’il est vrai qu’elle est plus sécurisée en cas de perte ou de vol, cette souplesse et cette liberté disparaissent. De plus, carte ou tickets, nous sommes obligés de nous limiter au plafond. Le titre restaurant papier permet encore un peu de souplesse puisque nous pouvons faire des achats à plusieurs endroits dans une même journée, voire rencontrer des restaurateurs complaisants.

En revanche, la voie dématérialisée apporte un côté plus pratique et plus facile, puisque l’on débite le montant exact de l’achat (alors que souvent on ne vous rend pas la monnaie sur les tickets), et elle est plus sécurisée (en cas de vol impossible de bloquer vos titres papiers). Bref, la carte est une bonne idée oui, sous réserve qu’elle permette de maintenir certaines libertés. N’avons-nous pas suffisamment de contraintes pour ne pas en rajouter davantage ? Je suis pour le changement et la première à l’encourager mais ne peut-on pas améliorer les choses sans dégrader l’existant ? Peut-on garder le pouvoir d’économiser et de dépenser ce que l’on gagne comme bon nous semble, en continuant à soutenir nos restaurateurs les week-ends et en famille grâce à nos tickets et nos petites économies de la semaine ?

Bref, vous vous en doutiez, nous restons donc en titres papiers pour le moment …

rotate device

Retourner votre tablette
pour une meilleure navigation